ASPE et ALZHEIMER

ASPE  et  ALZHEIMER

Mais quel temps leur accordons-nous ?

M.A, 79 ans, vit en maison de retraite où je fais un remplacement infirmier. Il prend ses repas dans sa chambre car il est aveugle en plus d'une pathologie Alzheimer.

L'aide-soignante lui dépose son plateau repas sur la table tel quel, sans rien dire...Il tâtonne pour savoir ce qu'il y a sur ce plateau, il renverse son verre d'eau, il glisse alors qu'il essaie de retrouver son verre...il ne peut plus se relever.J'interviens alors que l'aide-soignante lui dit de se débrouiller... Pas le temps...

Il pleure, il est seul, il souffre...l'accompagnement  prend toute sa dimension  mais quel temps leur accordons-nous vraiment  en tant que personnel d'une institution?

L'accompagnement fait partie intégrante de notre rôle de soignant mais celui-ci ne se voit pas, ne s'évalue pas et disparaît progressivement au fil des années lorsque le personnel pressurisé par les tâches quotidiennes et répétitives s'essoufflent au bout de 5, 10, 20 ans voire 30 ans de présence dans un même lieu, se lasse de faire des efforts  non reconnus et  oublie progressivement ce que signifie le mot "accompagner","prendre soin de" puisqu'il assume tout le reste du travail déjà conséquent...

Faire vite, toujours vite et donner l'illusion que tout va bien dans le meilleur des mondes!!!

NON!!! Prenons le temps d' ECOUTER, d' ENTENDRE, de RASSURER, d'ACCOMPAGNER les patients, les familles mais aussi le personnel afin qu'il ne baisse pas sa garde et puisse assurer sur le long terme son rôle de soignant!

 

 

 

 

 

 

 



19/07/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres